lundi 28 novembre 2016

L'Eveil : Stade 1 - Jean-Baptiste DE PANAFIEU

Titre : L'éveil : Stade 1
Éditeur : Gulf Stream
ISBN : 9782354884413
Parution : septembre 2016
A partir de 13 ans

Le mot de l'éditeur :

Une réflexion éthologique et éthique sur la condition animale dans le monde moderne. 
Un mystérieux virus semble développer prodigieusement l’intelligence des animaux. À travers le monde, l’épizootie se propage rapidement dans les villes, les élevages, les forêts, affolant les biologistes, les amis des animaux… et les compagnies agroalimentaires. Et si le rapport de force entre les animaux et les hommes s’inversait? Et si les bêtes décidaient de lutter pour sauver leur peau et leur liberté?


Mon avis :

Un rat de laboratoire porteur d'un virus expérimental parvient à s'échapper. C'est le point de départ d'une épizootie qui va très vite s'étendre à tout un quartier avant de se propager de manière exponentielle en seulement quelques mois. Fort heureusement, l'absence de transmission chez l'Homme permet d'éviter des conséquences sanitaires catastrophiques comme celles de l'épidémie de la vache folle. Pour autant, ce virus, qui accroît sensiblement l'intelligence des animaux, pourrait changer profondément nos vies... Peut-on continuer à manger des animaux éveillés? Leurs droits doivent-ils évoluer? Peuvent-ils devenir l'égal de l'Homme? Entre pro et anti-Eveil, il y a plus que des divergences d'opinion, c'est toute l'industrie agroalimentaire qui est menacée et ces dirigeants comptent bien éradiquer ce virus coûte que coûte.

Un premier tome très réussi! Jean-Baptiste DE PANAFIEU nous fait vivre les "Éveils" de plusieurs espèces infectées, tous différents, tous uniques en restant cohérent avec leurs comportements habituels. Ainsi le chat, plutôt solitaire, restera centré sur lui-même quand le chien, plus sociable, gardera de l'affection et du respect pour ses anciens maîtres. Il n'est pas question de généraliser ces réactions et justement l'auteur apporte de nombreuses nuances en individualisant les sensibilités de chacun. Entre envie de conquête et de domination, d'égalité, ou de liberté, l'Eveil marque aussi des tensions chez les éveillés...

Ce qui différenciait jusqu'alors l'Homo Sapiens des autres espèces animales n'est plus. Alors se posent inévitablement des questions sur l'évolution de notre société et de sa relation à la nature. Une intrigue qui se dévoile et s'accélère en même temps que l'épizootie. Une bonne introduction qui promet une suite plus mouvementée et, je l'espère, de nouveaux "Éveils" plus originaux les uns que les autres... 

Jean-Baptiste DE PANAFIEU

Agrégé de sciences naturelles et docteur en océanographie biologique, Jean-Baptiste DE PANAFIEU est aujourd’hui auteur scientifique. Il écrit des livres documentaires pour le grand public et pour les enfants. Il a consacré de nombreux titres aux faunes sauvages et domestiques, à l'évolution des êtres vivants, à la préhistoire et à l'écologie. Il fait aussi des conférences, réalise des documentaires pour la télévision et conçoit des expositions sur des thèmes scientifiques. Il dirige la collection Sauvegarde chez Gulf Stream Éditeur. (Source Gulf Stream)

mercredi 23 novembre 2016

Reckless - tome 1 - Cornelia FUNKE

Titre : Reckless – tome 1 : Le sortilège de pierre
Auteur : Cornelia FUNKE
Éditeur : Gallimard Jeunesse
ISBN : 9782070634774
Parution : septembre 2010
A partir de 13/14 ans

Le mot de l'éditeur :

En découvrant un monde extraordinaire derrière le miroir de leur appartement new-yorkais, Jacob Reckless pensait avoir trouvé la liberté. Mais cet univers fascinant est aussi dangereux et, un jour, Will, son jeune frère, déjoue la vigilance de Jacob et le suit à travers le miroir. Victime d'un maléfice, il se transforme en monstre, brisant ainsi le cœur de celle qu'il aime... Reckless n'a que deux jours pour le sauver!

Mon avis :

Deux frères, Jacob et Will Reckless, passent de l'autre côté du miroir… Jacob s'y est rendu une partie de son enfance après la disparition de leur père. C'est un grand chercheur de trésors. Mais, aujourd'hui, ce monde est aux mains des Goyls, des êtres de pierre qui en conquièrent la surface grâce à un sortilège de la puissante Fée Sombre : un homme griffé par un Goyl voit sa peau se changer en pierre. Jacob doit vaincre ce maléfice quand son frère est victime de l'une de ces griffures. Will risque en effet de se transformer en un Goyl de jade alors poursuivi par l'Empereur car cette spécificité le rendrait invincible. Jacob, qui jusque-là délaissait son frère, va devoir tout tenter pour le sauver. C'est ainsi qu'ils s'enfoncent dans ce monde merveilleux avec Clara, la petite amie de Will, et Fox, une femme renarde.

J'ai retrouvé là tout le talent de Cornelia Funke. Sa trilogie "Cœur d'encre" (Gallimard Jeunesse) a eu, à juste titre, un très grand succès. Ici, elle nous plonge dans l'univers des contes de fées à la manière des frères Grimm. Un monde fantastique plein de dangers pour une histoire sombre à lire à partir de 13/14 ans. Son style reste très soutenu. La construction de l'histoire se révèle pas à pas, si l'on est attentif. La magie est omniprésente dans ce roman, Jacob possède de nombreux talismans, comme une clef qui ouvre toutes les portes, une corde en cheveux de Raiponce, de la bave d'escargot qui rend invisible, un mouchoir distributeur de pièces d'or... En revisitant à sa manière le folklore des contes, l'auteur nous offre à nouveau un somptueux roman que l'on déguste en attendant la suite.

Cornelia FUNKE

Cornelia Funke est née à Dorsten, en Allemagne, en 1958. Après ses études, elle passe trois ans comme travailleur social pour un projet éducatif auprès d'enfants en difficulté. Elle suit alors des cours d'illustration à Hambourg et devient illustratrice de jeux de société et de livres pour la jeunesse. Comme ces derniers ne lui conviennent pas, elle commence à écrire ses propres histoires pour les jeunes lecteurs. Elle est aujourd'hui en Allemagne l'écrivain pour la jeunesse le plus connu et le plus apprécié. Son œuvre a été récompensée par de nombreux prix et rencontre aussi un grand succès, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Auteur de plus de 150 titres, elle est l'un des écrivains de fantasy les plus célèbres dans le monde et a été traduite en trente-cinq langues. Elle réside désormais aux États-Unis où elle a été consacrée "Personnalité de l'année 2004". (source Gallimard Jeunesse)

Page Facebook (en allemand)

mardi 22 novembre 2016

Samedi 14 novembre

Titre : Samedi 14 novembre
Éditeur : Sarbacane
ISBN : 9782848659220
Parution : novembre 2016
A partir de 15 ans

Le mot de l'éditeur :

B. était à la terrasse du café, quand les terroristes ont tiré. Son frère est mort, lui s’en sort presque indemne. Hagard, il quitte l’hôpital au matin, monte dans le métro. Son regard croise celui d’un passager… Stupeur. Il reconnaît ce visage : il s’agit d’un des hommes qui ont tué, la veille. Alors que ses proches le recherchent dans une capitale meurtrie, B., sous le choc, décide de suivre l’assassin jusqu’à sa planque. Samedi 14 novembre est le récit du jour qui va suivre.

Mon avis :

B. fête son anniversaire avec son frère en terrasse, le 13 novembre 2015, au mauvais endroit au mauvais moment... La voiture qui s'arrête, les tirs nourris. Il se relèvera, son frère non. Après un passage obligé par l’hôpital, B. prend le métro et y croise l'un des meurtriers de son frère... Il ne sait pas encore ce qu'il va faire mais porté par sa douleur et son incompréhension, il le suit jusqu'à sa planque. Un récit en 5 actes, un huis clos entre une victime et son bourreau où les rôles s'inversent.

J'ai énormément appréhendé cette lecture, sur cet événement. Un an après, cela me semblait encore trop tôt. Finalement je ne pense pas qu'il y ait de bon moment pour lire ce livre. Pour beaucoup, ce sera certainement "trop tôt" pendant longtemps. C'est vrai ce roman m'a beaucoup bouleversé. Il remue un passé pas si lointain et terriblement présent mais en même temps, propose une ouverture, sans moraliser. L'histoire de B. et Layla est porteuse d'un espoir, probablement utopique mais qui a le mérite de faire réfléchir. Je crois que la réflexion est un bon début et qu'il ne faut pas la laisser aux autres...

Les entractes nous donnent avec beaucoup de justesse le panel de réactions et d'émotions ressenties par chacun dès les premières minutes puis les heures et jours qui ont suivi. La joie des soirées du vendredi qui laisse vite la place à la stupeur, la tristesse, le dégoût, la peur... La haine n'est pas bien loin et tous savent que les considérations politiques et religieuses s'inviteront inlassablement dans les conversations des prochains jours et déjà en boucle dans les médias...

Non seulement je comprends le besoin de Vincent VILLEMINOT d'écrire ce roman et en plus, je le conseille vivement au plus grand nombre. A lire, à digérer et à cogiter pour, peut-être, continuer à avancer, sans peur, ou avec elle, comme B. Layla et Marie...

vendredi 18 novembre 2016

Les belles vies - Benoît MINVILLE

Titre : Les belles vies
Éditeur : Sarbacane
ISBN : 9782848659237
Parution : octobre 2016
A partir de 13/14 ans

Le mot de l'éditeur :

Vasco et Djib sont inséparables depuis leur naissance. Turbulents, pas vraiment délinquants, ils cumulent les bêtises plus ou moins graves, les rires et les bleus. Vasco est en CFA BTP, Djib passe en première S. Leur dernière rixe est pourtant celle de trop… Afin de leur mettre du plomb dans la tête, leurs parents décident d’employer les grands moyens : ils envoient les deux ados dans la Nièvre, le temps d’un été chez un ami du père de Vasco, entrepreneur local qui propose ses services comme famille d’accueil pour la DDASS. C’est dans cette campagne éloignée de tout, France profonde dont on parle peu, qu’ils vont rencontrer et se confronter à une autre forme de jeunesse : celle des enfants élevés par celle que tous surnomment «Tata», une femme qui accueille des enfants placés et donne sa vie aux autres.

Mon avis :

Vasco et Djib, compères de toujours, voisins et amis pour la vie ont parfois tendance à déconner. Des bêtises de jeunesses qu'ils jugent sans doute sans conséquences mais qui finissent par menacer leur avenir avec une plainte déposée pour coups et blessures. Il l'a bien cherché ce bat*** en draguant ouvertement la copine de Djib mais cette fois-ci c'est grave et les parents décident de réagir fermement. Pas de vacances en famille! Ni au Portugal pour Vasco ni au Bled pour Djib. Ils sont allé trop loin! Ils iront en pension à la campagne, retaper une grange tout l'été, ça leur remettra les idées en place! Il le faut!

Benoît MINVILLE est capable de véhiculer un tas d'émotions dans ses mots, colère, amour, tristesse ou peur, et de créer des personnages plus qu'attachants. Qui n'aimerait pas passer un été, une vie même avec Tata et Tonton? Ce vieux couple qui depuis des années accueille des enfants accidentés par la vie, qu'ils accompagnent le temps d'un placement administratif ou judiciaire et à qui ils donnent tout et même plus. Une présence ou un regard qui à eux seuls valent tout les réconforts dans les moments douloureux. Deux personnages qui tout en restant en arrière plan en imposent par leurs actions et surtout par les résultats obtenus.

Le roman tourne d'avantage autour des jeunes, Djib et Vasco bien sûr mais aussi Chloé, Jess et son frère Dylan. Ils ont à peu près le même âge et vont devoir cohabiter pendant ces deux mois. Si une certaine attirance pour les deux filles naît rapidement, Dylan sera plus difficile à apprivoiser. Il a le sang chaud le Dylan, la vie ne l'a pas épargné et il en veut à la terre entière alors ces deux banlieusards qui débarque chez lui, dans son quotidien, il ne voit pas ça d'un bon œil... Ils sont surtout paumés ces jeunes et le temps d'un été je vous invite à les voir évoluer, s'amadouer, s'ouvrir aux autres...

Un été qui ne se déroulera pas comme prévu pour tous les protagonistes, un été qu'ils ne sont pas prêts d'oublier et moi aussi! Un roman juste magnifique! C'est drôle, sensible, très touchant et parfois même révoltant... Difficile de ne pas avoir la larme à l’œil (aux yeux même) en arrivant au bout et encore moins évident de savoir pourquoi : larmes de joie devant tant de pureté ou larmes de tristesse de devoir les laisser à leurs belles vies? Probablement un peu des deux... Merci pour cette belle parenthèse!

jeudi 17 novembre 2016

Les océans stellaires - Loïc HENRY

Titre : Les océans stellaires
Auteur : Loïc HENRY
Éditeur : Scrineo
ISBN : 9782367404226
Parution : octobre 2016
A partir de 15 ans

Le mot de l'éditeur :

Encouragée par ses premiers succès, Luu Ly cherche une nouvelle planète à explorer. Son objectif? Trouver des Seuils, ces passages interplanétaires cachés au fond des mers, et les vendre à prix d’or à la Fédération ou à ses adversaires, la Ligue et l’Empire. Pourtant, elle est loin d’imaginer les conséquences de sa prochaine exploration! Psycho-éthologue de la Fédération, Stella est en état d’alerte : une jeune explo vient de faire une découverte majeure. Les bases de l’exploration spatiale pourraient en être bouleversées. Dans la partie qui s’engage, et dont l’enjeu n’est rien moins que l’avenir de l’humanité, un dirigeant de la Fédération dévoré d’ambition, un généticien avide de vengeance, un couple d’explorateurs mystérieux et deux petits prodiges aux ressources surprenantes vont jouer leur propre partition. Et si certains d’entre eux partageaient sans le savoir un secret ancien?

Mon avis :

Trois grandes puissances, l'Empire, la Fédération et la Ligue, se partagent les mondes connus. Entre elles, une paix relative et surtout une compétition farouche dans la découverte de nouveaux territoires plein de richesses. Ce sont les explorateurs, mercenaires louant leurs services au plus offrant, qui parcourent les abysses à la recherche de seuils permettant de rejoindre des planètes non répertoriées. Luu Ly est une jeune exploratrice talentueuse avec déjà plusieurs seuils à son actif. Habituée à travailler en solo, elle va s'allier à un couple de mercenaires pour une nouvelle mission prometteuse. Elle est très loin d'imaginer la portée de sa nouvelle découverte...

Les océans stellaires inaugure la collection "Space Opéra" des éditions Scrineo. Je ne suis pas un fin connaisseur du genre mais cette nouvelle collection semble répondre à une demande de plus en plus importante. C'est très curieux que j'ai souhaité le recevoir et je remercie la maison d'édition et Clara pour l'envoi.

Je dois avouer que la lecture a été difficile... D'ordinaire, j'aime l'alternance de personnages à chaque chapitre, je trouve que cela donne du tonus et incite à lire toujours plus. Ici, je pense qu'il y a un peu trop de personnages mais la confusion est surtout venue des ellipses. Un peu compliqué surtout au début. Passé le premier tiers, je suis d'avantages rentré dans l'histoire et j'ai eu raison de m'accrocher parce que si la forme m'a quelque peu dérangé, le fond est très intéressant!

A l'image de ses personnages, le roman est plein d'idées très sympas et en premier lieu celle des seuils, ces passages interplanétaires dissimulés au fond des océans. Les abysses représentent encore tellement de mystères sur notre belle planète. Les experts estiment qu'ils seraient le foyer d'un grand nombre d'espèces inconnues et je trouve l'idée d'en faire le cœur de l'exploration des seuils très originale. Les engins capables de descendre dans les failles sous marine et de se faufiler dans la faune et la flore en toute sécurité remplacent les vaisseaux spatiaux futuristes habituels. De fil en aiguille, l'intrigue prend forme et s'y ajoute une réflexion sur notre civilisation et nos comportements parfois peu glorieux...

En bref, un roman d'aventure futuriste pleins de qualités que je conseille aux bons lecteurs à partir de 15 ans en raison de la narration difficile.

Loïc HENRY

Loïc Henry est né en 1971, un jour de Samain, d’un père cornouaillais et d’une mère léonarde. Bercé par les aubades océanes pendant son enfance et son adolescence, il a quitté les korrigans et les bugale an noz pour poursuivre ses études à Lille, au Royaume-Uni puis à Paris. Il a ensuite travaillé deux ans au coeur d’un Hong Kong encore britannique, avant de revenir en France en 1997. Son premier roman de science-fiction, Loar (Éditions Griffe d’encre), a été réédité par Folio SF, et lui a valu en 2014 le Prix Imaginales des lycéens. Il a également publié une novella, Eros ou Thanatos, ainsi qu’une dizaine de nouvelles, dont l’une, Celadon Green, est parue dans la revue australienne Andromeda Spaceways, avant d’être reprise en anthologie. (Source Scrineo)

Site Web

mercredi 16 novembre 2016

Parutions 2016, s'il n'en restait que 10... (Romans français)

        
        


A quelques semaines de Noël, je vous propose de revenir sur mes plus gros coups de cœur français de l'année. De quoi vous donner quelques idées cadeaux à ajouter à votre liste ou à offrir ;)

Cette année encore, quelques rares mauvais choix mais surtout beaucoup de belles et plaisantes lectures, de nombreux coups de cœur et parfois même des "petites perles" comme j'aime les nommer... 
S'il ne fallait en retenir que dix, ce serait avant tout un déchirement, mais voici, pour moi, les grands incontournables de 2016 :

Les belles vies de Benoît MINVILLE (Sarbacane) Lecture du week-end qui intègre sans hésitation le top de cette année! (Chronique à suivre très vite ;)
Caballero de Lenia MAJOR (Samir) 
Le copain de la fille du tueur de Vincent VILLEMINOT (Nathan) 
Dans le désordre de Marion BRUNET (Sarbacane) 
Generation K de Marine CARTERON (Rouergue) 
Little Sister de Benoît SEVERAC (Syros) 
Macha ou l'évasion de Jérôme LEROY (Syros) 
Memorex de Cindy Van WILDER (Gulf Stream) 
Les mystères de Larispem de Lucie PIERRAT-PAJOT (Gallimard) 
Sim Survivor de Loïc Le BORGNE (Scrineo) 

L'année n'est pas terminée mais clairement je peux d'ores et déjà affirmer que nous avons eu droit à une cuvée* d'exception!
*L'abus de lecture est sain pour la santé, à déguster sans modération!

dimanche 13 novembre 2016

"Des histoires de futurs" - Mini Syros +

                        
   9782748521245                                  9782748521221
                  Traces                                    Les voyageurs silencieux 
   Florence HINCKEL                              Jeanne-A DEBATS

Éditeur : Syros
Parution : mai et juin 2016
10/12 ans

Les mots de l'éditeur :

Traces : Marseille, le 12 août à 15 heures. La police vient arrêter Thomas Codislo, treize ans, de façon préventive. Le logiciel Traces, capable de prévoir les comportements criminels, est formel : l’adolescent va commettre un meurtre. Paniqué, Thomas parvient à s’enfuir. La traque commence. Comment pourra-t-il prouver son innocence ?

Les voyageurs silencieux : On sait très peu de chose à propos des Équilims. Ces quadrupèdes au front orné d’une corne cristalline sont arrivés sur Terre dans de grands vaisseaux. Certains parlent d’un complot extraterrestre. Mais pour la jeune Alix, qui côtoie les Équilims tous les jours depuis que son père en possède un troupeau, ce sont avant tout des bêtes paisibles et attachantes, dont le regard est animé par instants d’une indéchiffrable lueur…

Mon avis :

Dans Traces, il est question d'un logiciel, relié aux réseaux sociaux et à toutes sortes de documents officiels, capable d'identifier avec précision un criminel avant qu'il ne commette son crime. Ne reste plus qu'à interpeller la personne désignée. Tout super calculateur qu'il soit, peut-on se fier à 100% à un logiciel informatique? Est-il possible d'être jugé coupable d'un crime avant même qu'il ne soit commis? Thomas, 13 ans, est identifié par Traces. Entre panique et incompréhension il prend la fuite. La seule issue possible reste d'apporter la preuve d'une erreur de casting... 

Les voyageurs silencieux met en scène Alix, fille d'un éleveur d'Équilims, espèce extraterrestre convoitée pour sa corne frontale. Animaux ou espèce pensante? Beaucoup de mystères entourent ces nouveaux venus. Un récit sur la tolérance et l'acceptation de la différence et de l'inconnu. Alix devra faire contre les préjugés qui représentent trop souvent la première réaction, dénuée de réflexion, des gens. Un texte intelligent vu le contexte actuel...

La collection s'élargit avec des textes destinés aux 10-12 ans. On conserve le même principe avec des récits d'anticipations courts et efficaces, écrits par des auteurs bien connus des plus grands. En plus de traiter de sujets propices aux débats, cette collection peut inciter à la lecture en se basant sur des valeurs sûres pour la jeunesse d'aujourd'hui. Parler de sujets concrets en utilisant des codes qui parlent aux jeunes et les intéressent. Pari réussi pour une chouette collection! 

mercredi 9 novembre 2016

La Maîtresse de guerre - Gabriel KATZ

Titre : La Maîtresse de guerre
Auteur : Gabriel KATZ
Éditeur : Scrineo
ISBN : 9782367400792
Parution : janvier 2014
A partir de 14/15 ans

Le mot de l'éditeur :

Fille de maître d’armes, Kaelyn rêve de reprendre le flambeau paternel, tandis que les autres rêvent d’un beau mariage. Elle a le talent, l’instinct, la volonté. Elle ne demande qu’à apprendre. Mais cela ne suffit pas : c’est un monde dur, un monde d’hommes, où la place d’une femme est auprès de son mari, de ses enfants, de ses casseroles. Il va falloir lutter. Alors elle s’engage dans cette grande armée qui recrute partout des volontaires pour aller se battre au bout du monde. Des milliers de soldats partis «libérer» le lointain sultanat d’Azman, plaque tournante de l’esclavage, terre barbare où règnent les cannibales. Dans la violence de la guerre, elle veut acquérir seule ce que personne n’a voulu lui enseigner. Mais le grand sud, plongé dans le chaos de l’invasion, va bouleverser son destin bien au-delà de ses attentes…

Mon avis :

Nous suivons Kaelyn, fille d’un maître d’armes, qui rêvent de prendre sa succession alors que les femmes ont plutôt pour vocation de rester à la maison à s’occuper de l’intérieur et des enfants. A la mort de son père elle s’engage dans une grande armée pour prouver à elle-même et aux autres qu’elle peut devenir une grande guerrière. Mais ses rêves semblent irréalisables lorsqu’au premier jour de la guerre, sa compagnie d’éclaireurs est décimée et qu’elle est faite prisonnière puis esclave par l’ennemie…

Il est question de guerre donc de batailles mais il y a aussi une grande place pour la stratégie et la diplomatie sans que cela soit ennuyant bien au contraire. Pour devenir une maîtresse de guerre, il ne suffit pas d'exceller dans les combats, il faut les comprendre et anticiper toutes les actions. Si elle fait une excellente élève grâce à sa vivacité d'esprit, Hadrian Khan est un maître exceptionnel. Il en jette comme on dit et les scènes de combats et d'apprentissages sont un vrai régal. C'est aussi un personnage très énigmatique, difficile à cerner avec son comportement très lunatique.

En arrière plan, il y a la réflexion de Kaelyn sur ce peuple inconnu, jugé barbare par les siens. Vivre parmi eux va vite remettre en question toutes ses croyances et même sa propre identité... Amie ou ennemie de ceux que son armée est venue piller et non délivrer? Quelle que soit son choix, elle ne manquera pas d'ennemis dangereux et effrayants parmi ses anciennes et nouvelles relations... Vu le titre, on s'attend à une héroïne forte et je n'ai pas été déçu. Kaelyn est brillante, courageuse et déterminée. Elle est forte mais sait aussi jouer de ses charmes pour arriver à ses fins. C'est un personnage bien construit et j'ai eu beaucoup de plaisir à vivre cette aventure à ses côtés. 

Après la trilogie Le puits des mémoires, Gabriel Katz nous propose un roman d’aventure sur fond de guerre, riche en rebondissements et en actions et alliant habilement jalousie, trahison, stratégie et romance. A lire sans modération à partir de 14/15 ans et plus!

lundi 7 novembre 2016

Caballero - Lenia MAJOR

Titre : Caballero
Auteur : Lenia MAJOR
Éditeur : Samir
ISBN : 9786144431245
Parution : juillet 2016
A partir de 13/14 ans

Le mot de l'éditeur :

Genaro Reyes a treize ans, il est en 3e. Il était l'intello ; il a rejoint les cancres, jusqu'à terminer ivre mort à l'hôpital. Ses parents décident qu'il mérite trois semaines de vacances en Espagne chez un cousin, Pepito Perrito. Pepito Petit Chien… il aurait dû se méfier! Genaro n'est pas prêt à côtoyer le pire et le meilleur, à lutter contre la barbarie et l'injustice. Il ne connaît pas encore Pirata, Tuxedo, Tonka… Mais surtout, Genaro n'imagine pas que sa vie sera bouleversée à jamais par Pepito, ses amis et la fabuleuse Lucy.

Mon avis :

L'une des perles rares de l'année 2016!!! Merci à Babelio et aux éditions Samir :)

Génaro manque cruellement de confiance en lui. Enfant surdoué, il a sauté une classe et subit les railleries de ses camarades jusqu'à ce qu'il décide de passer du rang de 1er de la classe au dernier en s'installant au fond avec les perturbateurs. Des mauvaises fréquentations qui, en quelques semaines seulement, l'envoient à l’hôpital pas loin du coma éthylique. Comment remettre son fils sur le droit chemin? Alors que son père prône la fermeté, sa mère propose une toute autre solution. A une semaine des vacances scolaires, elle décide de l'envoyer trois semaines chez son cousin Pepito en Espagne. Soleil et Farniente, c'est l'idée que se fait Genaro de sa punition, il est loin de s'imaginer ce qui l'attend...

Moi aussi, j'étais loin d'imaginer le sujet principal du roman et j'avoue que certaines scènes m'ont vraiment écœuré. A la place de Genaro, j'aurais sans aucun doute hérité d'un surnom encore moins flatteur tant les atrocités décrites font froid dans le dos. L'auteure dévoile toute l'ampleur de la bêtise et de la méchanceté qui conduisent à une barbarie sans nom. Avec pour seules armes, l'humour, la détermination et une bonté sans borne, "Pepito Perrito", livre un combat de tous les instants pour sauver, soigner et trouver de bonnes familles à ces galgos parfois mutilés, souvent maltraités.

Un roman qui traite brillamment des sujets tels que la construction et l'acceptation de soi à l'adolescence, les relations difficiles parents/ados, la cruauté envers les animaux et l'implication sans limite des associations dans un combat nettement déséquilibré. Lenia MAJOR donne vie à des personnages très humains dans ce qu'il y a de pire et de meilleur. Que ce soient les Galgueros, très imaginatifs pour torturer leurs chiens, ou Pepito, Lucie et les bénévoles du refuge qui leurs donnent un amour sans faille.

Malgré quelques scènes assez difficiles, l'auteure nous régale de douceur avec la belle Lucie, l'humour de Pepito et des pâtisseries alléchantes... Son écriture, très agréable, nous porte et nous aide a franchir les obstacles. L'évolution de Genaro est très naturelle et on s'identifie sans peine à ce garçon pour qui la cause des galgos était complètement inconnue jusqu'alors (comme pour la plupart des lecteurs à mon avis). La force de Lucie et Pepito nous aide a avancer, comme eux et avec Genaro, on poursuit l'aventure, le combat, même si ce n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan. L'espoir réside dans l'éveil des consciences, dans la propagation de l'indignation. Émotions fortes garanties dans ce roman sans fausse note! 

Samir, une maison d'éditions que je ne connaissais pas mais vu la qualité de "Caballero", je vais les suivre de près...

Lenia MAJOR

Lenia Major est née dans le Calvados. Elle a traversé la France à dos de cigogne pour venir faire son nid en Alsace. Sa passion des grimoires, des chaudrons et des formules magiques l'a conduite à exercer le métier de pharmacien. Mais durant les nuits, elle aime écrire des histoires qui se terminent bien. Ses personnages préférés ne rentrent pas dans un moule, mais essaient de tirer parti de leurs faiblesses pour en faire des forces. (source Samir)

samedi 5 novembre 2016

Sang-de-lune - Charlotte BOUSQUET

Titre : Sang-de-Lune
Éditeur : Gulf Stream
ISBN : 9782354884161
Parution : aout 2016
A partir de 14 ans

Le mot de l'éditeur :

Alta. Une cité où les femmes sont soumises à l’autorité des fils-du-soleil. Gia, comme toutes les sang-de-lune, doit docilement se plier aux règles édictées par le conseil des Sept, sous peine de réclusion, ou pire, de mort. Impossible d’échapper au joug de cette société où règne la terreur. Pourtant, le jour où sa petite sœur Arienn découvre la carte d’un monde inconnu, les deux jeunes filles se prennent à rêver à une possible liberté. Mais ce rêve est bientôt menacé par l’annonce du mariage de Gia. Le temps presse, elles doivent fuir. Or, pour atteindre ce monde mystérieux qui cristallise leurs espoirs, toutes deux doivent traverser les Régions Libres, un territoire effrayant où cohabitent hordes barbares et créatures monstrueuses, issues de la matière même de l’obscurité.

Mon avis :

Une dystopie violente et engagée. Charlotte BOUSQUET nous propose un roman coup-de-poing où il est question de la condition de la Femme. Avec une écriture efficace elle dépeint le quotidien de Gia et de sa soeur Arienn dans une société patriarcale terrifiante qui les pousse à rêver d'évasion. Quand l'heure du mariage est venue pour Gia, c'est sans hésitation qu'elle décide de fuir avec sa sœur vers l'inconnu, vers la liberté...

Difficile de rester indifférent! Alta est une cité régentée par les hommes (fils-du-soleil). Les femmes (sang-de-lune) y sont par nature corrompues par les ténèbres. Avant l'adolescence, les jeunes filles sont ainsi marquées avec du cuivre pour repousser les ténèbres au quotidien. Il convient de surveiller toutes manifestations inappropriées et de prendre les mesures nécessaires allant de la réclusion à la mort par lapidation pour assurer la libération de l’âme souillée par le mal. Les légendes de la lune et du soleil sont connues de toutes et tous et permettent de conditionner la Femme à la place qui est la sienne : faire des enfants (des mâles de préférence), la cuisine et servir les hommes de sa famille dans l'honneur et la discrétion. L'éducation qui a une place aussi importante que la répression à Alta donnera du fil à retordre à Gia qui aura beaucoup de mal à briser les chaînes de la servitude inculquée depuis le plus jeune age.

Un très bon roman mais un peu déséquilibré. J'ai adoré la première partie, moins la deuxième... Alta est très travaillée, ses coutumes, ses lois et le quotidien. Dès les premières pages on est pris aux tripes, révoltés par cette société misogyne, violente et totalitaire. Je n'ai pas retrouvé la même intensité ensuite et j'ai trouvé la fin un peu rapide même si on s'attache facilement aux personnages malmenés par l'auteure, portés par la vengeance mais aussi et surtout par l'envie de liberté. Pas loin du coup de cœur quand même :)

Charlotte BOUSQUET

Philosophe de formation, Charlotte BOUSQUET a écrit une trentaine de romans. Elle est également scénariste de bande dessinée. Autrice engagée, passionnée par l’histoire, la poésie et les contes, elle est aussi à l’aise dans les univers de fantasy (Cytheriae, prix Elbakin 2010, prix Imaginales 2011) que dans les thrillers (Le dernier ours, prix Lire pour demain 2014), les récits historiques ou intimistes. Chez Gulf Stream Éditeur, elle a publié plusieurs polars dans la collection Courants noirs, une trilogie fantastique, Lune et l’Ombre, un documentaire, Précieuses, pas ridicules, ainsi qu’une série de romans graphiques avec l’illustratrice Stéphanie Rubini. Et elle ne compte évidemment pas s’arrêter en si bon chemin! (Source Gulf Stream)


mercredi 2 novembre 2016

L'invocateur - Livre 1 : Le novice - Taran MATHARU

Titre : L'invocateur – Livre 1 : Le novice
Auteur : Taran MATHARU
Éditeur : Hachette
ISBN : 9782011205689
Parution : mars 2016
A partir de 13 ans

Le mot de l'éditeur :

IL A LE POUVOIR D'INVOQUER DES DÉMONS. IL VA CHANGER LA FACE D'UN EMPIRE. Orphelin, Fletcher imagine déjà son avenir tout tracé : une vie dure mais paisible comme forgeron dans un village sans histoire? Jusqu'au jour où il se découvre un talent rare, un talent bien particulier : celui d'invoquer les démons. Accusé d'un crime qu'il n'a pas commis, Fletcher trouve refuge à l'Académie Vocans, sous l'aile du mystérieux capitaine Arcturus. Là, on lui enseigne la magie et la maîtrise d'Ignatius, ce petit démon qu'il a invoqué par erreur, et avec lequel il se lie d'une amitié sans faille. Mais l'apprentissage est rude et la concurrence mortelle : seuls les élèves les plus talentueux deviendront mages-guerriers et dirigeront les armées d'Hominum afin de défendre les frontières sud du pays, où les Orques tentent de faire basculer l'Empire dans le chaos? Un succès sans précédent sur Wattpad : déjà 7 millions de lecteurs!

Mon avis :

Fletcher, vit et travaille à la forge avec son père adoptif dans un village près du front où se déroule la guerre contre les orques. Son avenir semblait tout tracé avant qu'il n'entre en possession d'un livre étrange accompagné d'un parchemin. Il se découvre alors un pouvoir aussi rare que précieux en parvenant à invoquer Ignatius, un démon salamandre. Accusé à tort d'un crime, il fuit son village et croise la route d'un professeur de la prestigieuse Académie Vocans où sont formés les futurs mages-guerriers à la maîtrise de la magie de l'ether et au contrôle des créatures invoqués. Mais seuls les meilleurs deviendront officier des armées d'Hominum.

Fletcher nous marque par son courage et sa force de caractère mais surtout par sa bonté et son refus de l'injustice et de l'intolérance. Sur ces deux derniers points, il va être servi tout au long de sa formation à l'Académie! Une compétition féroce oppose les élèves selon leurs origines sociales et leurs races. En effet, les nains et les elfes sont considérés comme inférieurs et tout juste tolérés pour grossir les rangs de l'armée alors que les jeunes héritiers de grands invocateurs sont entraînés à la magie depuis l'enfance et se voient confier des démons puissants par leurs familles.

Alors que la guerre séculaire contre les orques prend de l'ampleur, la formation des novices doit s'accélérer. Amitiés, magie et trahisons rythment ce premier tome riche en actions et en rebondissement. La fin nous promet une suite mouvementée où il nous reste encore beaucoup à découvrir de cet univers complexe. A suivre le 2 novembre 2016...

Taran MATHARU

Né à Londres en 1990, Taran Matharu a toujours aimé lire et écrire. À neuf ans, déjà, il avait terminé un premier roman. Après ses études et un stage au département numérique de Penguin Random House, Taran décide de voyager. C'est à ce moment-là, durant le Nanowrimo de novembre 2013, qu'il commence à écrire L'INVOCATEUR. Il avait alors 22 ans. Chapitre après chapitre, il poste les aventures de Fletcher et de son démon sur Wattpad. Ses updates quotidiennes lui assurent une fan-base grandissante qui atteint les 3 millions de lecteurs en moins de six mois, pour finir par dépasser les 7 millions. (Source Lecture-Academy)

mardi 1 novembre 2016

#Bleue - Florence HINCKEL

Titre : #Bleue
Éditeur : Syros
ISBN : 9782748516869
Parution : janvier 2015
A partir de 12/13 ans

Le mot de l'éditeur :

Silas vit dans une société où tout est fait pour vivre sereinement. Chaque jour, la Cellule d’Éradication de la Douleur Émotionnelle efface les souvenirs douloureux. Plus de deuil ou de dépression, juste un point bleu au poignet comme signe d’une souffrance évitée. Sur le Réseau, les gens partagent tous leurs faits et gestes, «veillant» les uns sur les autres. Silas est un grand romantique : il préfère garder pour lui les moments intenses de sa relation avec l’incandescente Astrid… Mais quand sa petite amie se fait renverser par une voiture, il est immédiatement emmené par les agents de la CEDE. Pour oublier.

Mon avis :

Imaginez une vie sans douleur. La C.E.D.E. (Cellule d’Éradication de la Douleur Émotionnelle) en a fait une réalité. Les prouesses technologiques permettent de remonter à la source de la douleur pour l'effacer définitivement. Rentrer dans les mœurs, c'est même devenu une mode et un moyen d'ascension sociale pour certain. Pour Silas c'est un passage obligé après la mort brutale de sa petite amie dans un accident de voiture. C'est totalement détaché de cette horrible événement qu'il reprend sa vie d'avant, un point bleu sur le poignet comme seul vestige d'une douleur évitée...

Ne plus souffrir suite à une rupture ou un deuil. Sur le papier, cela pourrait être sympa mais Florence HINCKEL nous présente des gens devenus apathiques. Pire, Silas sent ses souvenirs lui échapper. L'auteure fait un parallèle intéressant entre la mémoire et les sentiments. Outre le sujet principal déjà très bien mené, il est aussi question de l'omniprésence du gouvernement et des réseaux sociaux mais aussi de résistance. La deuxième partie du roman nous donne le point de vue d'Astrid, une ado assez casse-cou, éprise de liberté. C'est certainement pour ça que je l'ai trouvé plus attachante que Silas. Sa relation avec sa grand-mère atteinte de la maladie d'Alzheimer et avec son père, «collectionneur» de points bleus, lui ouvre les yeux et l'incite à se rebeller...

Un roman bien écrit, intéressant et intelligent! 

Florence HINCKEL

Florence Hinckel est née en 1973. Elle a publié de nombreux romans jeunesse chez Syros, Gallimard Jeunesse, Nathan, Rageot, Talents Hauts, Sarbacane... Pour enfants ou adolescents, elle aime explorer tous les genres, avec depuis peu une affection particulière pour le roman d’anticipation. (source Syros)